Menu

 
 

Le projet éducatif des maisons petite enfance est organisé autour de trois axes :

La sécurité affective de l'enfant

 Être séparé de son environnement familial n'est pas une situation ordinaire pour un jeune enfant. Le bébé confié à une ou des professionnelles a besoin de construire une relation d'attachement [1] qui lui apporte de la sécurité affective. La réponse des professionnels de la petite enfance à ce besoin fondamental se traduit par la mise en place de moyens pour l'aider à faire face à la séparation d'avec ses parents. Ces moyens sont, entre autre, l'a ttribution d'une personne référente à chaque enfant et la période d'adaptation. Des repères dans le temps et dans l'espace sont également donnés aux enfants.

L'enfant, quant à lui, peut développer des stratégies de sécurisation interne grâce à l'adoption d'un objet transitionnel communément appelé doudou.

[1] La théorie de l'attachement, élaborée par John Bowlby, psychiatre et psychanalyste (1907-1990) puis développée par ses successeurs nous éclaire sur la constitution des liens affectifs dans la petite enfance et sur les relations ultérieures du sujet à autrui.

Jouer librement dans un espace sécurisé et sécurisant

 Le jeu est l'activité spontanée de l'enfant. Dans les premières années, il se confond avec le fait même de vivre. Afin que l'enfant puisse utiliser le jeu pour s'exprimer, se développer, déployer sa créativité, apprendre, les professionnelles font des propositions en termes d'aménagement de l'espace, d'offre de jeux, jouets et activités « encadrées ».

Ces dernières sont soutenues par un objectif pédagogique et concernent les enfants les plus grands.

Quel que soit son choix (jeu libre ou activité) l'enfant sera toujours soutenu par la présence attentive et non intrusive de l'adulte.

Marcher vers l'autonomie

 Le processus d'autonomisation, qui commence dès la naissance, est un processus constant et progressif qui concerne le développement physique et psychique du bébé et lui permet de se construire comme individu séparé, capable de dire « je » et ayant développé de nombreuses compétences motrices, cognitives, relationnelles.

L'enfant devient autonome grâce à l'accompagnement attentif et bienveillant des adultes qui s'occupent de lui. Les règles et les limites expliquées à l'enfant l'aident à intérioriser progressivement   les interdits et à mieux contrôler ses mouvements pulsionnels.